Transfert de valeur : l’industrie musicale entre union et inactivité

La France, l’Allemagne et l’Italie unies contre le transfert de valeur. Assurément une image forte et marquante de la 51ème édition du Midem. Les acteurs français de la musique, et leurs homologues italiens et allemands, appuyés par l’IFPI, ont renouvelé leurs attentes vis-à-vis de Bruxelles pour le partage de la valeur. Mais la simple union portée par Guillaume Leblanc, Florian Drücke et Enzo Mazza, certes unanimement saluée par les politiques, est jugée insuffisante par certains. Professionnels et politiques se sont renvoyés la balle des actions et initiatives à prendre au Marché international de la musique (Midem). Pendant que les lobbyistes des plateformes s’affairent à Bruxelles.

Connectez-vous pour lire ce contenu

ou Abonnez-vous en ligne pour 15€ / mois

CultureBiz, l'actualité des industries de la Culture à 360°
Offre d'information exclusive, sélective, réactive et objective.