Les Rencontres Européennes des Artistes ont été le premier évènement de la Culture, dans le cadre de la présidentielle, à réunir les représentants de Macron, Fillon, Hamon et Mélenchon. Au-delà des grandes lignes de leurs programmes respectifs, ces derniers ont saisi l’occasion pour réaffirmer que leur candidat est le plus à même de défendre une rémunération des créateurs adéquate à l’exploitation des œuvres sur les plateformes. Faisant converger leurs discours avec les multiples revendications des auteurs et artistes-interprètes.

Beaucoup de mots et plusieurs belles idées qui font sens mais aucun engagement concernant la rémunération équitable des créateurs pour l’utilisation des œuvres sur plateformes. Une fausse note commune aux ‘Rencontres Européennes des Artistes’, organisées par l’Adami, et aux ‘Rencontres pour la Culture’ de la Spedidam qui se tenaient trois semaines plus tôt. Pas de quoi altérer la pertinence des débats et l’effort conséquent des artistes-interprètes pour rassembler les politiques autour de leurs intérêts. Et sur ce dernier point, c’est une réussite. Les enjeux des créateurs ont trouvé écho chez les candidats à l’élection présidentielle. Et pour cause, certains de leurs porte-paroles et soutiens sont réputés pour leur implication en faveur de la Culture. Marc Schwartz pour Emmanuel Macron, Patrick Bloche du côté de Benoît Hamon, David Lisnard en faveur de François Fillon.

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la musique Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : https://culturebiz.fr/a-propos/