En parallèle de sa mission primaire de percevoir et répartir des droits aux artistes-interprètes, la SPEDIDAM soutient activement les projets des artistes par le biais de son action culturelle. Un engagement qui participe à la richesse et la diversité de l’offre de spectacles sur l’ensemble du territoire puisque les aides attribuées le sont majoritairement pour les projets en dehors de l’Île-de-France. Et en parallèle, l’action culturelle de la SPEDIDAM contribue au développement des artistes. Focus sur les aides attribuées par la SPEDIDAM et leur impact.

Le slogan « l’alliée d’une vie d’artiste » de la SPEDIDAM prend tout son sens au regard de sa politique en matière d’action culturelle. En 2018, l’organisme de gestion collective pour les artistes-interprètes a attribué des aides à hauteur de 17,7 millions d’euros. L’action culturelle de la SPEDIDAM intervient principalement dans les deux domaines au cœur du métier des artistes que sont la création et la diffusion. Avec pour effet recherché d’inciter, développer et pérenniser l’emploi des artistes-interprètes. « L’emploi et la formation des artistes-interprètes ont effectivement une place centrale dans notre politique de soutien » confirme Guillaume Damerval, Gérant de la SPEDIDAM. Les aides à la création et à la diffusion sont donc essentiellement dédiées à des spectacles et des festivals qui emploient des artistes-interprètes, des musiciens, en plus de l’artiste principal. Près de 500 projets de création de spectacles ont bénéficié d’un soutien direct de la SPEDIDAM en 2018, pour un total de plus d’1,6 million d’euros. C’est 20% de plus qu’en 2016, avec une aide moyenne de 4 260 euros, et ce pour des montants allant de 500 à 20 000 euros. Les structures qui ont bénéficié d’aides à la création sont principalement des compagnies d’artistes, et ce pour des projets de tous les genres : musiques contemporaines, musiques actuelles, jazz, musiques urbaines, musiques du monde, etc. Parmi elles, le festival Africolor, qui rassemble environ 7 000 spectateurs dans 27 villes de la région francilienne, et a bénéficié de 9 000 euros en 2018. « Nous avons besoin de réunir les artistes lors de résidences et de répétitions pour mettre en place des créations uniques pour le festival et l’aide de la SPEDIDAM nous est précieuse puisque nous engageons entre 80 et 120 artistes à chaque édition et avons un total de 140 000 euros de dépenses artistiques » précise Sébastien Lagrave, directeur du festival qui existe depuis trente ans. « La commission qui instruit les dossiers n’avantage pas une esthétique par rapport à une autre, mais se base sur des critères liés à l’emploi. Plus de 90% des demandes d’aides reçues sont acceptées » ajoute Guillaume Damerval.

L’aide à la diffusion essentielle pour rémunérer tous les artistes-interprètes

L’opportunité de se produire en concerts et en festivals étant la finalité du métier des artistes, l’action culturelle de la SPEDIDAM est en grande partie axée sur la diffusion. Le budget de l’action culturelle dédié au volet de la diffusion des spectacles s’élevait à plus de 14 millions d’euros en 2018. Par ce biais, la SPEDIDAM soutient des spectacles, des tournées, des salles et des festivals qui emploient des artistes-interprètes. 1 781 aides à la diffusion ont été attribuées en 2018, soit près de 350 de plus en deux ans. La moyenne s’élevait à 7 789 euros, pour des montants oscillant entre plusieurs centaines d’euros pour de petites structures et plusieurs dizaines de milliers d’euros pour des festivals notamment. Des aides importantes à différents niveaux les unes que les autres étant donné la diversité des projets, des structures et des acteurs soutenus. Parmi eux des collectifs d’artistes ou compagnies sous la forme d’associations, des sociétés de production, des salles de concert, des festivals, là encore pour des projets de tous les styles de musiques. La concurrence est toujours plus importante dans le secteur de la musique, mêlée à des difficultés pour financer et rentabiliser le mieux possible les spectacles, soit en les vendant au meilleur prix à des diffuseurs soit en vendant le plus de billets. Il s’avère que les aides de la SPEDIDAM, entre autres, jouent un rôle structurant pour assurer l’emploi et la rémunération des artistes, et in fine, ont l’effet de favoriser le développement des structures qui emploient constamment des artistes ainsi que la pérennité de l’activité de ces derniers. « On a un fonctionnement globalement déficitaire puisqu’on vend rarement les spectacles au prix du coût de plateau. L’aide de la SPEDIDAM est donc primordiale parce qu’on ne pourrait pas faire autant de dates et on n’aurait pas pu assurer la tournée européenne en 2018 » explique Adrien Arnera du collectif d’artistes Dur et doux basé à Lyon qui assure environ 200 dates par an. C’est également le cas de la structure Onze heure onze en Seine-et-Marne, une association fondée en 2010 par des artistes qui développe une dizaine de projets dans les musiques contemporaines notamment, et a obtenu une aide à la diffusion de 10 000 euros de la SPEDIDAM en 2018. « Les aides dont nous avons bénéficié nous ont permis de supporter les coûts d’une tournée de quinze dates en Europe et en Chine avec un budget de 67 000 euros, de payer les salaires adéquats et de maintenir le statut des artistes intermittents du spectacle, et aussi d’employer une secrétaire. C’est grâce à l’aide de la SPEDIDAM qu’une structure comme la nôtre peut exister » confirme Alexandre Herer, son fondateur.

Des dispositifs apportant des solutions aux problématiques des artistes-interprètes

L’action culturelle de la SPEDIDAM couvre divers champs d’activité des artistes-interprètes de sorte à apporter des solutions aux problématiques qui entravent leur développement. L’emploi, la diffusion, la mobilité, la visibilité sont leurs principaux besoins. Outre les aides à la création, à la diffusion, la SPEDIDAM encourage et soutient la mobilité et l’export des artistes souvent limités par les coûts de transport et d’hébergement par le biais d’aides au déplacement, plus de 570 000 en 2018. Dans un autre domaine tout aussi important dans le quotidien des artistes qu’est l’administratif, la SPEDIDAM a mis en place un dispositif qui permet après sélection à des structures de disposer d’une aide à l’emploi d’une personne chargée du secrétariat pour l’artiste. Pour contribuer encore plus activement au renouvellement des talents et à la visibilité d’artistes qui se distinguent par leur développement, le label « Génération SPEDIDAM » a pour objectif de promouvoir auprès des diffuseurs et des festivals sur une période de trois ans, avec une douzaine d’artistes jazz et musiques du monde (2018-2021) et une douzaine d’artistes composeront la promotion 2020-2023 pour le volet musiques actuelles, en plus d’une quinzaine pour le dispositif dédié aux musiques classiques sur la même période. Enfin, le Réseau SPEDIDAM, œuvre depuis 2010 à dynamiser et diversifier l’offre de festivals sur l’ensemble du territoire avec maintenant seize évènements.