Gestion sonore : Agi-Son veut impulser le changement des pratiques

C’est à un moment opportun qu’Agi-Son, trait d’union des entrepreneurs dans le secteur du  spectacle en matière de gestion sonore, rend compte de mesures sonores effectuées entre 2014 et 2016. Il y a dix-huit mois, l’article L 1336-1 de la loi Santé 2016 posait la première pierre de l’encadrement des activités « impliquant la diffusion de sons à un niveau élevé dans tout lieu public ou recevant du public ». La publication en Conseil d’Etat du décret amené à en préciser les conditions d’application est maintenant attendue. Agi-Son anticipe avec une feuille de route à l’intention des professionnels du secteur.

Convaincre les pouvoirs publics que le secteur du spectacle prend des mesures et des initiatives pour une gestion des niveaux sonores. C’est l’objectif poursuivi par Agi-Son qui a renforcé ses actions au moins depuis la recommandation du Haut Conseil de la Santé Publique (HCSP) en 2013 visant à modifier le cadre réglementaire du plafond acoustique. Le décret à venir devrait abaisser le plafond acoustique de 105 dB(A) à 103 voire 102 dB(A) sur une durée de 15 minutes. Globalement, les gérants de salles de spectacle n’y sont pas favorables, en particulier ceux des lieux de petites jauges d’accueil des spectateurs et ceux spécialisés dans la programmation de certains genres de musique.

Les festivals montrent l’exemple

Connectez-vous pour lire ce contenu

ou Abonnez-vous en ligne pour 15€ / mois

CultureBiz, l'actualité des industries de la Culture à 360°
Offre d'information exclusive, sélective, réactive et objective.