Festivals : le Réseau Spedidam veut susciter l’intérêt des sponsors

Le Réseau Spedidam contribue à l’enrichissement de l’offre de spectacles dans les territoires avec maintenant treize festivals. Il devrait atteindre cette année un cap symbolique en termes de fréquentation en franchissant la barre des 100 000 spectateurs. Un palier qui va de pair avec de nouveaux objectifs sur le plan du financement.

Le Réseau Spedidam s’attèle à développer son écosystème. Les festivals en son sein vont enregistrer une hausse estimée à 32 000 spectateurs cette saison. Une progression facilitée par les trois nouveaux évènements de cette année qui devraient totaliser 22 000 spectateurs. Mais la hausse de la fréquentation est commune à l’ensemble des évènements. Au total, 106 000 festivaliers devraient être comptabilisés cette année, entrées payantes et gratuites incluses. Les deux segments sont en hausse, et la part des entrées payantes représente 50% de la fréquentation globale soit 50 000 billets. Sur cette lancée, l’équipe du Réseau Spedidam s’applique à pérenniser la dizaine de festivals existants mais également à développer l’offre des festivals labellisés. Des discussions sont en cours avec certaines collectivités pour les années 2018 et 2019. L’appui financier de la Spedidam, avec une aide de 100 000 euros la première année et dégressive de 10 000 euros pendant 4 ans avant de stagner à 30 000 euros à partir de la 6ème année, est conditionné à une contribution minimum de 30 000 euros des collectivités. L’émergence et la pérennité des festivals récemment créés sont compliquées, on le sait, par le contexte budgétaire. Le Réseau Spedidam se doit donc de trouver de nouvelles sources de financement. Outre la contribution de la Spedidam à laquelle s’ajoutent subventions des collectivités et recettes propres, le mécénat est jusqu’à présent très important dans le budget des festivals. Il faut dire que les festivals du Réseau Spedidam, implantés dans des zones en manque d’offre de spectacles, s’inscrivent dans une démarche de proximité. Les premiers mécènes sont d’ailleurs des entreprises locales avec des dons qui peuvent atteindre jusqu’à 4 000 euros et étalés sur plusieurs années. Des apports qui sont évidemment les bienvenus, mais qui ne répondent pas à la question de la pérennité des sources de financement.

Pérenniser le financement

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne pour 15€ / mois

CultureBiz, l'actualité des industries de la Culture à 360°
Offre d'information exclusive, sélective, réactive et objective.