La députée européenne Constance Le Grip fait partie de ceux qui tiennent un rôle de premier plan dans la stratégie mise en œuvre par les acteurs des industries de la Culture à Bruxelles. Créateurs et ayants-droit s’attèlent à défendre leurs acquis en matière de droit d’auteur. Artistes-interprètes bataillent pour faire valoir leurs droits voisins. Le projet de réforme de la directive du droit d’auteur est actuellement examiné par la Commission des affaires juridiques du Parlement Européen. Suite à son intervention aux Rencontres Européennes des Artistes, organisées par l’Adami, la députée européenne évoque les initiatives entreprises pour défendre les intérêts des acteurs des industries de la Culture.

CultureBiz : Quel état des lieux faites-vous de la place des industries de la Culture au sein des travaux de la Commission des affaires juridiques et plus globalement au sein du Parlement Européen ?

Constance Le Grip : La prise en compte des industries culturelles et créatives est réelle au sein du Parlement Européen. Au début de la mandature, il y a eu la création au sein du Parlement Européen d’un « intergroupe pour les industries créatives et culturelles », composé de députés appartenant à plusieurs groupes politiques et plusieurs nationalités. Cet intergroupe s’est donné pour mission d’être un lobby faisant la promotion des industries culturelles à travers leurs prismes d’économie, d’emplois, de création de richesse, ou encore d’exportation, et ce dans tous les débats européens.

Quels sont les indicateurs de l’impact de cet intergroupe au Parlement Européen ?

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la musique Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : https://culturebiz.fr/a-propos/