Focus sur les actualités en matière de la consommation de la musique qui ont rythmé la fin de l’année 2019 et le début 2020.

SNEP – Les productions francophones ont réalisé 19 des 20 meilleures ventes d’albums en 2019 d’après le classement des 200 meilleures ventes d’albums publié par le syndicat national de l’édition phonographique. La musique made in France occupe donc 80% des 200 albums les plus vendus l’an dernier. A noter que les jeunes artistes, au nombre de 46, représentent près d’1/4 des albums les plus vendus. En termes de genres, le rap émerge sans surprise en tête en occupant 44% du classement.

Bundesverband Musikindustrie – D’après les premiers chiffres de l’organisation qui représente les intérêts de l’industrie musicale allemande, la barre des 100 milliards de streams a été franchie en 2019 outre-rhin. Le volume de streams est passé de 80 à 107 milliards. « Ce n’est pas une seulement un fait marquant, c’est aussi révélateur de l’évolution des habitudes des fans de musique puisqu’en deux ans le volume de strems a quasiment doublé » a commenté Florian Drücke, Directeur Général de la BVMI.

UK Music – L’organisation qui fédère les acteurs de l’industrie musicale britannique a publié son rapport « Music by numbers » pour l’année 2019. L’industrie de la musique au Royaume-Uni revendique une contribution à l’économie à hauteur de 5,2 milliards de livres (6,2 milliards d’euros) avec pas moins de 190 000 emplois à temps plein. Le poids de l’export est estimé à 2,7 milliards de livres soit 3,2 milliards d’euros. La musique enregistrée, secteur englobant l’activité des labels, des distributeurs, les droits, les magasins et les studios, pèse environ 1,04 milliard de livres dont près de la moitié générée à l’export. L’édition représente 1,07 milliard de livres (1,23 milliard d’euros), avec une activité à l’export (738 millions d’euros) plus significative que le marché intérieur (548 millions d’euros).

Entertainment Retailers Association (ERA) – L’organisation qui fédère les acteurs qui commercialisent la musique a publié des chiffres sur le streaming au Royaume-Uni. La barre du milliard de livres sterling a été franchie en 2019 suite à une progression de 23,5%. Au total, les dépenses des consommateurs du Royaume-Uni pour écouter de la musique se sont élevées à 1,41 milliard de livres soit 1,68 milliard d’euros. A titre de comparaison, les dépenses dans le secteur de la vidéo étaient en 2019 de 2,6 milliards de livres soit 3,14 milliards d’euros.

Global Web Index – D’après une infographie dédiée à la consommation de la musique à l’échelle mondiale, 67% des adultes interrogés ont utilisé au moins un service récemment. La moyenne d’écoute de la musique en streaming est d’1 heure et 17 minutes contre 56 minutes. Pour les consommateurs de la génération Z, c’est-à-dire nés après 1995, la moyenne d’écoute en streaming monte à 1 heures et 45 minutes. Différents indicateurs à propos des habitudes sur chaque continent, comme le temps d’écoute, le support ou le type d’abonnement, ont été établis pour Spotify et Apple Music. L’Europe a la durée d’écoute moyenne sur Spotify la moins élevée avec 1 heure et 39 minutes, contre 2 heures et 20 minutes en Amérique du nord. C’est également en Europe que les abonnés à Spotify sont les moins nombreux à écouter de la musique via leurs mobiles, 54%, contre 67% en Asie ou 61% en Amérique du nord. L’Amérique latine se distingue en ayant la part des abonnés payants la plus importante avec 47%, devant l’Amérique du nord (43%) et l’Europe (41%). Du côté d’Apple Music, les consommateurs les plus réguliers sont les nord-américains avec une durée moyenne d’écoute quotidienne de 2 heures et 44 minutes, là où les européens écoutent Apple Music en moyenne 2 heures et 3 minutes.

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la musique Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : https://culturebiz.fr/a-propos/