Vincent Frèrebeau – Tôt ou tard / Zouave : « Le modèle de répartition market centric sur le streaming produit des inégalités entre ayants droit et des dommages irréversibles »

La production indépendante contribue grandement au dynamisme de la scène musicale francophone. En 2018, cinq productions indépendantes (Maitre Gims, Orelsan, Mylène Farmer, Marwa Loud, Trois cafés gourmands) étaient parmi les dix-neuf productions made in France dans le classement des vingt meilleures ventes. Avec un catalogue composé entre autres de l’artiste Vianney ou des groupes Shaka Ponk et Cats on trees, le label Tôt ou tard est un des acteurs majeurs de la production indépendante. Et son fondateur, un producteur hors normes reconnu par ses pairs comme l’un des meilleurs. Dans une interview à CULTUREBIZ, Vincent Frèrebeau, s’exprime notamment sur le user centric, qu’il considère être la priorité absolue pour que la croissance du marché de la musique enregistrée profite à tous les acteurs de l’industrie. Le Directeur de Tôt ou tard évoque également la santé économique de son label, et fait part de sa position sur le sujet très clivant des quotas radios.

L’année 2019 sera celle de la bascule du marché français de la musique enregistrée vers le streaming qui représentera plus de 50% des revenus. Les majors sont parfaitement bien parvenues à tirer profit de la croissance du streaming. Quelle lecture faites-vous de la transformation opérée par le streaming sur le marché ?

Le streaming est en train de s’installer avec des revenus en forte croissance et il offre des perspectives considérables pour le secteur. C’est un modèle qui devrait très convenablement rémunérer toute la chaine des ayants droit. A l’inverse de la vente à l’acte en physique ou numérique, le streaming génère des revenus tant que les morceaux et les albums sont écoutés – soit bien au-delà de leur sortie – permettant à un album ou un titre sorti plusieurs années auparavant de continuer d’être rémunérateur sans même avoir à trouver de nouveaux acheteurs. C’est formidable, à condition que la répartition soit juste ! Mais malheureusement, j’ai peur que le modèle de répartition des revenus du streaming actuel, dit « market centric » nous fasse courir à la catastrophe. Tel qu’il est configuré pour le moment, si sur une période et un territoire donnés, deux abonnés payant la même somme écoutent en streaming 1 fois John Coltrane pour l’un et 99 fois Dua Lipa pour l’autre, 99% de la part ayants droit de la somme totale des deux abonnements ira à Dua Lipa et 1% à Coltrane. Ça veut dire en clair qu’à très court terme, soit vous produisez de la musique à destination des moins de 20 ans, soit vous crevez. C’est un danger majeur pour la diversité.

Une fois le streaming devenu totalement dominant il faut qu’on reste en mesure de continuer à produire tous les styles de musique. Et pour cela, nous devons avoir une rémunération proportionnelle à la consommation réelle de chaque abonné à une plateforme de streaming, dans d’autres termes substituer au modèle « market centric » un modèle « user centric ». C’est très important que nous, producteurs français, prenions ce sujet en main et l’adressions aux pouvoirs publics et aux plateformes. Le fait que Deezer se soit emparé du sujet est une opportunité unique qu’il faut saluer et saisir.

Les multinationales ne voient malheureusement pas toutes ce sujet sous le même angle car la diversité de leurs productions associée à la puissance de leur back catalogue leur permet de retomber à peu près sur leurs pieds. Il reste que déjà on peut noter que la tendance de leurs signatures est clairement tournée vers les musiques urbaines et que l’offre de nouveautés dans d’autres styles plus adultes est en train de s’appauvrir.

« Nous estimons perdre environ 30% de ce que l’on gagnerait à niveau de streams égal si l’on basculait vers un modèle user centric »

Est-ce que les producteurs indépendants ont mené une réflexion sur un manque à gagner éventuel causé par le mode de répartition actuel des revenus générés par le streaming payant ?

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la Culture à 360° Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/41/d658520613/htdocs/app662075741/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 997