Une démonstration de force. Voilà qui résume parfaitement l’Open Session 2019 d’Universal Music France qui avait lieu en septembre dernier sous les auspices de l’Olympia. Son Président, Olivier Nusse, est revenu sur les derniers résultats réalisés sur le marché français et a exposé les grandes lignes de sa stratégie pour les mois à venir. Focus sur la stratégie du leader sur le marché de la musique enregistrée en France.

Universal Music France ne se soucie guère de la concurrence. Le groupe estime même avoir plusieurs longueurs d’avance sur tous les autres majors et outsiders. « L’open session est l’occasion de partager notre philosophie, notre nouvelle manière d’aborder le changement de ce marché, loin des vieilles recettes, avec une ouverture sur les artistes, sur des tendances, et en développant des expertises. Le marché est très prometteur mais il faut savoir l’appréhender » déclarait Olivier Nusse en ouverture de sa keynote. Si le leader dans le business de la musique en France ne communique pas de données financières à l’échelle locale, il a tout de même fait savoir que les résultats enregistrés au premier semestre 2019 étaient supérieurs à la courbe de croissance du marché. « Sur les huit premiers mois de l’année 2019, nous avons atteint une part de marché de 42% sur les meilleures ventes de titres et de 48% sur les meilleures ventes d’albums. C’est plus que nos deux concurrents directs réunis » s’est félicité Olivier Nusse. La major justifie le renforcement de son positionnement comme le fruit d’une transformation opérée depuis 2016 après le départ de Pascal Nègre, à sa tête durant dix-huit ans, qui avait pourtant revendiqué avoir permis à Universal d’atteindre une part de marché historique à 45%. « Notre réorganisation en 2016 nous a permis en 2017 de renouer avec un succès que nous n’avions pas connu depuis quinze ans. 2018 a été une autre année exceptionnelle et les résultats de l’année 2019 sont encore meilleurs. Nous confirmons notre leadership année après année » a confirmé le Président d’Universal depuis 2016. L’activité d’Universal Music France s’organise aujourd’hui autour de dix labels. Lors des NRJ Music Awards 2018 et des Victoires 2019, pas moins de quinze récompenses sur vingt-six ont été remportées par des artistes labellisés Universal. Depuis le succès pharaonique de Stromae en 2013 et 2014 avec son album ‘Racine carrée’ (Mercury/Universal), qualifié de « plus gros succès du siècle » par Olivier Nusse, Universal revendique avoir réalisé la meilleure vente pour un nouvel artiste avec les 2,5 millions d’albums vendus de Kendji en deux projets.

Une stratégie centrée sur l’innovation et la maitrise des données

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la musique Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/