Streaming : une accélération de la croissance mondiale combinée à des disparités entre les marchés

Le streaming joue un double rôle sur le marché de la musique enregistrée à l’échelle internationale. Véritable relais de croissance pour les principaux marchés au point d’enrayer l’impact de la chute des ventes physiques, il sert en parallèle de rampe de lancement aux marchés en développement. Des tendances qui rendent enthousiastes les acteurs de l’industrie quant aux perspectives de développement pour les années à venir, non sans mettre en évidence les difficultés de certains marchés à gagner en maturité pour s’inscrire dans la même dynamique.

Une période de croissance pérenne a démarré pour le marché mondial de la musique enregistrée. 2018 est la plus forte année de progression de la consommation de musique depuis le début des collectes de données à l’échelle mondiale par l’IFPI. La croissance s’est intensifiée en progressant de 9,7%, atteignant 19,1 milliards de dollars d’après le bilan annuel de l’International Federation of the Phonographic Industry, l’organisation qui représente les intérêts de l’industrie musicale au niveau international. En moins de dix ans, la configuration du marché de la musique s’est totalement inversée. Alors qu’en 2010 le numérique ne rapportait que 4,3 milliards de dollars tandis que le physique portait le marché en générant 9 milliards de dollars, en 2018, le streaming a rapporté 8,9 milliards de dollars et a creusé l’écart avec le physique (4,7MLD$). En hausse de 34%, le streaming représente maintenant 47% du marché mondial de la musique enregistrée. 2019 sera assurément l’année de la bascule du marché global vers le streaming qui représentera alors plus de la moitié du chiffre d’affaires. Les courbes des abonnements payants aux plateformes de streaming et des revenus associés sont les premiers indicateurs qui attestent du caractère pérenne de la croissance du marché mondial. Le streaming payant s’impose progressivement dans un certain nombre de pays comme étant le mode de consommation privilégié. Et pour cause, avec une part de 37%, les abonnements payants rapportent près de quatre fois plus de revenus que le streaming financé par la publicité. 255 millions d’abonnés payants aux plateformes ont été recensés par l’IFPI à la fin de l’année 2018, soit 80 millions de plus en un an. La consommation de la musique en ligne augmente certes avec la pénétration du streaming dans les foyers mais elle converge aussi avec la popularité de la musique et des artistes sur les réseaux sociaux. Plus ces plateformes gagnent en utilisateurs, plus les artistes sont suivis et plus ils sont écoutés. Les artistes de rayonnement international sont également parmi les plus populaires sur les réseaux sociaux Instagram, Facebook et Twitter entre autres. C’est le cas du canadien Drake, du groupe coréen BTS, du britannique Ed Sheeran ou encore des américaines Ariana Grande et Lady Gaga, tous dans le classement des dix artistes les plus vendeurs en 2018. La force de frappe de YouTube, des réseaux sociaux et maintenant des playlists de Spotify et Apple Music permet aux artistes de décupler leurs audiences. Les têtes d’affiche anglo-saxonnes ont évidemment été les premières à en tirer profit. Mais le streaming permet désormais à des marchés longtemps à la traine d’entrer dans une véritable ère de croissance et de s’exporter au point de faire concurrence aux principaux marchés mondiaux historiques.

L’Asie, 2ème marché de la musique enregistrée au monde

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la Culture à 360° Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/


Warning: A non-numeric value encountered in /homepages/41/d658520613/htdocs/app662075741/wp-content/themes/Newspaper/includes/wp_booster/td_block.php on line 997