La stratégie d’Universal Music pour consolider son leadership sur le marché français

Olivier Nusse, Président d’Universal Music France

Le streaming redistribue les cartes au sein de l’écosystème de la musique enregistrée. L’accès aux consommateurs permis par les plateformes a également facilité l’émergence de nouveaux modèles qui viennent nuancer le caractère indispensable des maisons de disques. Les majors réagissent pour préserver leurs parts de marché et la France, 3ème marché européen après le Royaume-Uni et l’Allemagne, ne fait bien évidemment pas figure d’exception. C’est ce que confirme la stratégie déployée par Universal Music France.

Universal Music France s’aligne sur l’évolution du marché de la musique. « Universal c’est le fruit du développement du plus beau catalogue mondial depuis des décennies, c’est ce qui fait notre force et qui nous rend incontournables quels que soient les modes de consommation. C’est ce qui nous donne tant de valeur sur un marché en pleine évolution, qui ne cesse de grandir et de s’internationaliser » déclarait Olivier Nusse en introduction d’une keynote lors de la Convention Universal. Le modèle de la major est loin d’être figé. Son Président a donné le ton lors de la 2ème édition de la convention annuelle placée sous le signe de l’innovation et du développement. « Nous innovons sans cesse et faisons évoluer constamment nos structures et nos métiers. Nous prenons beaucoup d’avance sur ceux qui sont restés cantonnés dans leurs vieux modèles » a affirmé Olivier Nusse devant ses équipes et les acteurs de l’industrie musicale. Ce qui semble faire la force d’Universal est certainement sa capacité à converger avec les attentes des artistes en plus de répondre à la demande des consommateurs. Le leader de la musique en France se définit non plus comme une maison de disques mais comme une « maison d’artistes ».

« Maison d’artistes »

« Nous sommes au service des artistes. Universal est une maison d’innovation où l’attractivité domine, une maison où nous encourageons la qualité des rapports humains » assurait Olivier Nusse. Universal Music France fait donc évoluer son approche en l’orientant sur du « talent centric », centrée sur les artistes. Le développement d’artistes est présenté comme étant plus que jamais au centre des priorités. C’est un point commun à Universal, Sony et Warner qui revendiquent avoir augmenté leurs investissements sur le développement d’artistes, après une période où les moyens alloués à ce segment comme au marketing avaient considérablement été diminués. Plusieurs contrats ont été signés en ce sens avec des labels indépendants et des artistes, notamment sur l’urbain avec Monarchy Music et Affranchis Music (lancé par l’artiste Fianso). Les équipes A&R ont également été renforcées pour être à la hauteur des objectifs visant à développer de nouveaux talents et des carrières pérennes. « Nous avons réuni la plus belle équipe artistique du marché avec 40 directeurs artistiques et responsables de production. Universal c’est une entreprise mais c’est aussi un écosystème avec pas moins de neuf labels, soit neuf équipes qui découvrent et signent les artistes. Nous travaillons beaucoup sur la data mais nous savons que l’utilisation des données ne remplacera jamais la relation humaine avec les talents » s’est félicité Olivier Nusse à l’occasion de la Convention Universal.

Services aux artistes

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la Culture à 360° Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/