Juliette Metz – Encore Merci / CSDEM : « La mise en place d’un crédit d’impôt dédié aux éditeurs aurait un impact très positif sur nos investissements et sur la diversité »

Troisième branche de l’industrie musicale, le secteur de l’édition est par définition indispensable à la structuration de la filière. Fédérés au sein de la Chambre Syndicale De l’Edition Musicale, les éditeurs s’organisent entre eux et avec les autres acteurs pour développer leur secteur. D’où leurs priorités axées sur l’augmentation des revenus générés sur les plateformes, sur la mise en place d’un crédit d’impôt dédiés à leur métier et sur la place de l’édition au sein du Centre National de la Musique. Entretien avec Juliette Metz, Présidente de la CSDEM et Directrice exécutive de la société Encore Merci.

CULTUREBIZ : Le maintien de la croissance du marché de la musique enregistrée et la croissance des collectes de droits d’auteur sont-ils des indicateurs qui vous rendent confiante quant au développement du marché de l’édition ?

Juliette Metz : De mon point de vue, le marché de l’édition reste assez stable. Nous ne sommes pas sur le même modèle que les producteurs, pour qui le streaming représente maintenant une part majoritaire des revenus du marché. Pour nous les éditeurs, le streaming est loin d’être suffisamment rémunérateur. Cela représente moins de 5% des revenus de la structure Encore Merci, ce qui n’est vraiment pas grand-chose. Le marché évolue donc doucement, et il y a une différence entre le résultat global du secteur et les résultats des entreprises et des projets. Sur le plan global, ça ne va pas si mal que ça puisque les majors génèrent des revenus importants, tout comme le « back catalogue » (catalogue des œuvres ayant été précédemment éditées)… Mais lorsqu’on regarde d’une manière plus fine, sur des plus petites structures et par projet, par œuvre ou par album, les revenus ne sont pas si considérables. Dans le détail, beaucoup de sociétés ont des difficultés puisque l’on avait recensé qu’environ 30% des membres de la CSDEM n’avaient pas fait de bénéfice sur leur exercice 2016.

« Le streaming est formidable pour faire rayonner les œuvres mais les revenus ne sont pas à la hauteur »

Est-ce que le métier d’éditeur est également impacté par le streaming et plus globalement par le changement de la consommation de la musique ?

La diffusion et l’exploitation des œuvres sont plus importantes avec l’essor du streaming et l’on peut s’en réjouir. Le streaming est formidable pour faire rayonner les œuvres au niveau international avec des investissements moindres, en termes de distribution pour les producteurs mais les revenus ne sont pas à la hauteur du nombre de vues. Cela représente moins de 8% des répartitions de la Sacem.

Le métier d’éditeur reste le même dans le fond, notre rôle c’est de trouver des interprètes et des labels pour produire et distribuer les œuvres. Le processus de création reste le même, à la différence près qu’il y a une modification dans la manière de créer. Il faut effectivement penser à être plus impactant, plus efficace afin que le titre attire les utilisateurs de Spotify, Deezer ou autre. Il faut notamment des débuts de morceaux plus accrocheurs.

En revanche, la vérification des droits liés au streaming pose certaines difficultés. Parvenir à suivre les droits répartis pour voir s’ils sont corrects s’avère beaucoup plus complexe parce que les sociétés de gestion telles que la Sacem reçoivent beaucoup de données de la part des plateformes de streaming. Et les tarifs changent chaque mois puisqu’ils varient en fonction de paramètres comme le nombre d’abonnés ou le nombre de « forfaits famille ». Il est donc plus difficile de suivre si les droits qui sont dus sont payés correctement ou non.

Il y a certainement des choses à améliorer au niveau des données transmises par les plateformes qui sont relativement complexes, comme par exemple arriver à matcher les codes des œuvres avec ceux des enregistrements. C’est ce sur quoi travaillent les sociétés de gestion collective en ce moment et ça me paraît être une très bonne piste. Je pense que la priorité est d’améliorer notre manière de travailler sur les données qui nous sont communiquées. Sur cette question, c’est la Sacem qui représente les éditeurs et collecte les droits, qui est en lien avec les plateformes, outre les majors qui ont des contrats en direct. Il faut donc que l’on appuie la Sacem dans ses demandes pour avoir des données mieux exploitables. Nous sommes bien sûr très intéressés par toutes les nouvelles technologies qui nous permettraient d’avancer sur ce point.

« Le Code des usages était un travail nécessaire et les remontées ne nos adhérents confirment les avancées pour les auteurs et compositeurs »

Quel bilan dressez-vous du Code des usages, dix-huit mois après sa signature ?

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la Culture à 360° Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/