Un nouveau cap a été franchi par Vivendi avec la mise en orbite d’Olympia Production. La production de spectacles et l’organisation de festivals complètent et renforcent le positionnement du groupe dans le secteur de la musique. Leader de l’industrie musicale en France et bien sûr dans le monde avec Universal, la structure dédiée produit les tournées d’artistes en développement et confirmés, les propose pour qu’ils soient programmés au sein des festivals organisés et capte aussi certains spectacles produits pour qu’ils soient diffusés sur CSTAR ou C8. Il ne s’agit néanmoins pas d’une mainmise sur le marché du live au bénéfice exclusif des artistes signés chez Universal. Les principales orientations prises lors de son arrivée dans le secteur du spectacle sont de créer de la valeur à l’échelle locale en développant des artistes et en faisant croître des festivals ailleurs que là où la concurrence est concentrée, et de développer des synergies à l’échelle internationale. Autant d’axes détaillés par Christophe Sabot, Directeur Général d’Olympia Production dans une interview exclusive à CULTUREBIZ. L’homme de médias et en parallèle Directeur Général de CSTAR s’exprime aussi sur le sujet de l’exposition de la musique à la télévision.

CULTUREBIZ : Quel a été le postulat de départ lorsque Vivendi a décidé de déployer une activité dans le secteur du spectacle avec Olympia Production ? Est-ce que cela s’intègre dans une pure stratégie de diversification du groupe ou plutôt dans une approche globale visant à consolider le leadership du groupe dans le secteur de la musique, et dans le contexte ultra-concurrentiel marqué par la montée en puissance de Live Nation, Lagardère, Fimalac et AEG ?

Christophe Sabot : Le groupe Vivendi est un des acteurs culturels les plus importants de ce pays. Nous sommes dans les secteurs de la musique avec Universal Music Group, de l’audiovisuel et du cinéma avec Canal+ et Studiocanal, dans le jeu vidéo avec Gameloft et désormais dans l’édition avec Editis. Le monde du spectacle n’est pas non plus étranger à Vivendi avec L’Olympia. Nous avons des liens fondés sur la passion, l’amour que nous avons pour les talents ainsi que l’accès à la culture et son développement. C’est ancré dans l’ADN du groupe. Mais contrairement à ce que l’on pourrait penser, avec Olympia Production nous ne sommes pas partis d’une stratégie préétablie, en réalité cela s’est fait au fil de l’eau du fait de rencontres humaines extrêmement enrichissantes. Nous nous sommes intéressés au développement d’artistes avec des talents désireux d’être accompagnés pour leurs spectacles et tournées. Nous avons comme objectif premier de participer au développement des talents et de la culture qui sont indispensables et fondamentaux. Olympia Production est le fruit de discussions en interne au sein de Vivendi. Il y avait une méconnaissance du métier de producteur de spectacles dans le groupe puisqu’il n’y avait pas de structure dédiée. Il fallait s’y intéresser. Le spectacle vivant prend une place de plus en plus importante en particulier dans l’économie de la musique. Nous ne nous sommes pas posé la question par rapport à d’autres acteurs. Sous la direction de Simon Gillham, Président de Vivendi Village, nous avons démarré progressivement en multipliant les expériences, et en construisant pas à pas cette société.

Pour les festivals également, il n’y avait pas de mantra de départ. Les festivals que nous avons rachetés ou au sein desquels nous sommes rentrés au capital ont tous la même spécificité. Ils ont été créés par des femmes et des hommes qui sont sur le terrain depuis des années, entre 15 et 20 ans, qui ont un ancrage local hors du commun, et sont des entrepreneurs. Nous avons pris des participations et racheté des festivals qui étaient dans des profils économiques bénéficiaires mais auxquels nous apportons et apporterons un soutien logistique et financier importants pour qu’ils se développent et perdurent. L’économie des festivals est positive. Et nous sommes dans un cadre de développement qui correspondra à l’envie des fondateurs.

« La multiplicité des activités ne fait aucunement de Vivendi un groupe qui travaille uniquement sur du 360 »

Comment s’organise l’activité d’Olympia Production et quels en sont les indicateurs symboliques ?

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne

15 euros par mois sans engagement

 

CULTUREBIZ, l'actualité business de la musique Offre d'informations exclusive, sélective et objective réservée aux décideurs et professionnels.

Plus d'infos : http://culturebiz.fr/a-propos/