Le Babel Med, marché des musiques du monde, en quête de nouveaux financements

C’est une année compliquée qui s’annonce pour les musiques du monde sur le territoire français. Le Babel Med Music, marché international dédié à ces esthétiques musicales prévu à Marseille en mars prochain, se voit contraint d’annuler son édition 2018.

L’information est symbolique à double titre. Elle rappelle évidemment la difficulté des festivals à s’inscrire sur la durée dans un contexte de restrictions budgetaires qui se sont renforcées ces dernières années. Le Babel Med Music (15 000 spectateurs) n’est certes pas parmi les festivals les plus importants de la région PACA, particulièrement riche en la matière, mais il s’avère indispensable pour les professionnels dont l’activité est centrée sur les musiques du monde. Environ 2 000 professionnels tous pays confondus s’y retrouvent chaque année et l’évènement revendique 150 stands et une vingtaine de conférences. Comme pour l’ensemble des marchés de la musique, il est évidemment difficile d’estimer le nombre de contrats signés en matière de production, de distribution et d’édition. Mais au vu des 13 éditions précédentes du Babel Med Music la capacité du marché des musiques du monde à fidéliser les professionnels tient certainement des opportunités qui s’y trouvent pour ces derniers. Or c’est une subvention réduite de 80% qui a été accordée par la région PACA, partenaire principal de l’évènement. Une décision « incompréhensible et inattendue » pour Latinissimo, organisatrice de l’évènement, et qui plus est, n’a été communiquée que début décembre. Mais surtout, une telle situation met en lumière la marginalisation des musiques du monde au sein de la musique et plus globalement de la Culture. C’est une évidence qu’au vu des 2 000 professionnels présents chaque année au Babel Med Music, l’évènement provoque des retombées économiques pour la ville de Marseille. Outre les 204 emplois directs supprimés du fait de l’annulation du Babel Med Music, et le manque à gagner pour le secteur de l’hôtellerie, ce sont également les activités commerciales de plus d’une quinzaine de prestataires de services qui s’en trouvent impactées. Une contribution à l’économie qu’aurait pu faire valoir la filière des musiques du monde auprès des pouvoirs publics si elle était structurée à l’instar de la filière musicale. Et qui aurait pu assurer la pérennité du Babel Med Music. L’association organisatrice du marché des musiques du monde n’a toutefois pas annoncé l’arrêt définitif de l’évènement. En revanche, c’est une certitude, le Babel Med Music devra trouver de nouvelles sources de financement et de nouveaux partenaires pour une éventuelle prochaine édition en 2019.