Aurore Bergé – La République En Marche : « La musique et le spectacle sont une priorité de notre politique »

Economie et politique sont par essence indissociables. Les secteurs du spectacle et de la musique ont besoin d’une politique et d’un cadre réglementaire qui soient avantageux, pour assurer leur pérennité, tandis que les entreprises créent de la valeur en générant des retombées économiques, fiscales et sociales. Longtemps reléguées au rang de secteurs accessoires hormis en période d’élections, les industries de la Culture progressent sur la scène politique. Aurore Bergé se démarque parmi les parlementaires en tant que Députée proactive, productive, force de proposition. Malgré le scepticisme des professionnels à la suite d’un quinquennat décevant, elle a su rapidement rassurer ces derniers en se montrant attentive à leurs attentes et bien au fait des enjeux du secteur notamment sur le partage de la valeur. Dans un entretien accordé à CULTUREBIZ, la porte-parole du groupe La République En Marche revendique une ambition politique concrète pour la musique et le spectacle. Aurore Bergé s’exprime également sur plusieurs grands sujets pour la filière musicale parmi lesquels le Centre National de la Musique, les crédits d’impôt ou encore le marché noir de la billetterie en ligne. 

CULTUREBIZ : Quel panorama dressez-vous des secteurs du spectacle et de la musique, en tant que députée ? Ces secteurs font-ils l’objet d’une attention particulière de la part des parlementaires La République En Marche ? 

Aurore Bergé : L’Education et la Culture sont deux grands chantiers du Président de la République et font l’objet de projets clés du quinquennat. Nous avons la chance d’avoir des secteurs de la musique et du spectacle qui sont extrêmement dynamiques. Ils sont essentiels notamment sur le plan du rayonnement culturel de la France et sur le plan économique. C’est une des raisons pour lesquelles j’ai activement soutenu la revalorisation du budget du Bureau Export dans la loi de finances 2018. Notre défi est l’internationalisation des artistes français et une professionnalisation renforcée. A l’instar de la Culture dans sa globalité, la musique et le spectacle sont une priorité de notre politique. Le projet ambitieux de la Maison Commune de la Musique devrait être particulièrement structurant pour le secteur. La filière musicale doit d’ailleurs parvenir à avoir une parole unifiée pour être mieux entendue lors des prises de décision politiques.  

« Définir les contours concrets de la Maison Commune de la Musique en termes de missions, de budget, de gouvernance » 

Quels sont les premières grandes priorités que vous identifiez pour la mise en place du projet de la Maison Commune de la Musique dans les meilleures conditions ? 

Article exclusif réservé aux abonnés

Connectez-vous

ou Abonnez-vous en ligne pour 15€ / mois

CultureBiz, l'actualité des industries de la Culture à 360°
Offre d'information exclusive, sélective, réactive et objective.